Vient de paraître aux Éditions Honoré Champion

Aline Marchand
Robert Pinget, poète à Minuit
L’Ethos poétique d’un Nouveau Romancier

Littérature de notre siècle No 66
2018. 692 p., broché, 15,5 × 23,5 cm.

Abandonnant le poème et la peinture quelques années après son arrivée à Paris, Robert Pinget (1919-1997) s’est construit une carrière d’auteur du Nouveau Roman aux Éditions de Minuit. La réception de son œuvre est tributaire du cadrage générique promu par l’éditeur, l’auteur lui-même n’ayant jamais renié son appartenance à la mouvance néo-romanesque. Pourtant, ses déclarations et l’ensemble de ses textes ne cessent d’affirmer l’ethos du poète. La disjonction entre la présentation de soi de l’écrivain-poète et ses livres d’auteur (excluant le poème) invite à une lecture sensible au mouvement continu et inquiet de l’écriture vers une poésie résistant à toute taxinomie. L’exil hors du territoire poétique se rejoue lorsque le Nouveau Romancier expérimente d’autres modes d’expression (pièces scéniques ou radiophoniques, carnets, livres graphiques, scénarios) pour retrouver le non-savoir du néophyte. Finalement, la poésie représente une origine et un avenir de l’œuvre tout entière, qui s’invente son lieu, entre Fantoine et Agapa, où inscrire une parole singulière et adressée, lyrique et critique.

Enseignante à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Aline Marchand est membre associée du Champ d’étude du récit actuel et contemporain (CERACC – UMR THALIM) et participe au Groupe de recherche interuniversitaire sur les écritures théâtrales XIX-XXIe siècles. Depuis sa thèse sur Robert Pinget, ses travaux portent sur le Nouveau Roman et la littérature contemporaine en croisant sociopoétique et stylistique.

Robert Pinget stopped writing poetry shortly after his arrival in Paris and was billed as a practitioner of the Nouveau Roman by his publisher. Yet his own pronouncements and texts kept reaffirming the poet’s ethos: poetry ultimately appears as both the starting and end points of his entire oeuvre.

 

La Table des matières est disponible sur la fiche de cet ouvrage, à l’adresse : www.honorechampion.com

———

Cet ouvrage est disponible à la Librairie Honoré Champion 3 rue Corneille 75006 Paris – 01 46 34 02 29
ou chez votre libraire habituel.

Articles
Martin Mégevand, université Paris 8

« Le laboratoire central de Robert Pinget » présente quelques-uns des nombreux textes non publiés de Robert Pinget (1919-1997) conservés à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet. L’article s’appuie sur des extraits de chutes de Mahu ou le matériau, le premier roman publié de Robert Pinget en 1952, de « Fonfon », une nouvelle refondue dans Passacaille (1969), et d’un texte inclassable intitulé « Messire Jonas » écrit au début des années cinquante. Il s’agit de proposer des pistes méthodologiques d’étude et d’organisation de ces textes et documents, placés en relation avec l’œuvre publiée de l’auteur. L’approche choisie vise à reconstituer quelques constituants fondamentaux du geste esthétique de Robert Pinget, parmi lesquels l’inachèvement, l’effacement et diverses procédures de négociation. Cet article s’inscrit dans les recherches menées par Anne Herschberg Pierrot sur le style de genèse.

Mr Songe

Mr Songe lu par Robert Pinget Lecture de longs extraits de Monsieur Songe par Robert Pinget Ce document exceptionnel a été enregistré en 1992 par la Bibliothèque municipale de Limoges, sous la responsabilité d'Anne Marie Delaune. La rediffusion sur ce site a été autorisée par la Bibliothèque municipale de Limoges et par les Editions de Minuit. [audio:http://www.robert-pinget.com/wordpress/wp-content/uploads/2013/01/K7-54680_Face-A.mp3|titles=Mr Songe 1/4]

Madeleine Renouard, Birkbeck College, London

  Robert Pinget ou Le maître du mystère

Ab ovo

  Quelle pièce vient, avec L’Ennemi, s’ajouter au dossier pingétien ? Question à la Maigret pour signaler ce que le titre induit chez le lecteur comme poursuite, comme attente, et que Calvino précise en ces termes : « identifier l’ennemi à expulser, c’est aussi le mécanisme du roman policier »[1]. Pinget dit avoir « foiré » dans le genre du polar, mais en dépit de cet « échec », la lecture syntagmatique du texte est orchestrée selon les lois du genre. Drame(s), affaire(s) criminelle(s), cambriolage(s), voles), viol(s) … il y a eu ; victime(s) et coupable(s) on peut chercher. Recherches et enquêtes sont déclenchées pour que des liens soient établis par des témoins « à. confondre », entre des faits « contradictoires ». Un opérateur énigmatique soumet les faits à l’épreuve de la véridiction et tente de saisir les acteurs dans leur faire et non dans leur paraître.

Jean Verrier, université Paris 8

  La traversée des médias par l’écriture contemporaine : Beckett, Pinget   Au Moyen Âge, la voix est le seul «mass medium» rappelle Paul Zumthor dans un article récent : «Tout texte poétique ou fictionnel, des IXe-Xe siècles jusqu’au XIe au moins, a transité par la voix, et ce transit ne fut pas aléatoire. Même composé par écrit […l le texte comporta […] une intervention déterminante […] : l’intention de se dire […)[2].» Aujourd’hui la voix, relayée par la machine, reste un moyen de communication de masse. Elle anime la littérature au magnétophone, le théâtre radiophonique. Mais la machine permet l’absence du corps et le différé, et crée ainsi des «genres» nouveaux. Et l’écriture, que devient-elle ? L’écriture contemporaine n’est plus seulement traversée par «l’intention de se dire» (ou par celle de se montrer dans des corps et un espace comme au théâtre), elle est aussi travaillée par l’intention de se montrer dans des images animées et différées qu’accompagnent des voix enregistrées, avec toutes les combinaisons possibles. Si bien que l’écriture contemporaine traverse les médias autant qu’elle est traversée par eux.

Violoncelle à Luzillé
Robert Pinget au Violoncelle
Robert Pinget au Violoncelle